Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/09/2015

L'emploi éolien : Une manœuvre d'intox

Dans le quotidien Centre Presse du 7 septembre 2015, Daniel Druilhet, Président de la Fédération du bâtiment et des travaux publics de l'Aveyron, critique l'attitude du Député de l'Aveyron, Yves Censi, qui prend position contre le développement anarchique de l'éolien en Aveyron.

Le collectif Agir pour le Lévézou ne peut laisser sans réponse les affirmations péremptoires de Daniel Druilhet.

Aussi nous avons réfuté les arguments du Président de la fédération du bâtiment dans la presse régionale à ce chantage à l'emploi (lire ci-dessous).

Nous rappelons que Daniel Druilhet est le bras armé du Président de La CCI de L'Aveyron, Manuel Cantos, ce dernier possedant par ailleurs des intérêts financiers familiaux dans l'éolien industriel.

 

Comme à l’époque de la création des grandes surfaces, qui anéantirent de nombreux commerces, on voudrait nous faire croire que l’éolien terrestre serait source d’emplois. En Ecosse une très sérieuse étude de Verso.Economics  démontre que : « l’éolien n’a créé que 10% des emplois prévus,  mais que chaque emploi vert a supprimé 3,7 emplois dans l’économie locale »  Les parcs éoliens, construits en moins d’un an ne  procurent aux TP que du travail temporaire et le montage des éoliennes  se fait avec de la main-d’œuvre principalement importée. De nombreux pays reviennent sur les tarifs de rachat des énergies intermittentes exagérément subventionnées car l'augmentation induite du coût de l'électricité, pénalise durablement les entreprises et nuisent aux créations d’emplois. Ceux suscités par l’éolien terrestre n’interviennent qu’à la marge car les éoliennes sont fabriquées à l’étranger et les seuls emplois pérennes concernent la maintenance de parcs pour plusieurs départements.

Nous sommes surpris d’apprendre que l’éolien  « retiendrait du monde au pays ». Au contraire, des notaires et agents immobiliers, nous signalent le refus de leurs clients, d’acquérir une propriété immobilière ou de restaurer un bien (véritable mine d’emplois), s’il existe un projet de parc éolien à proximité, qu’ils ont désormais obligation de signaler lors de la transaction. Nous avons connaissance de l’abandon de plusieurs projets de maisons d’hôtes comme celui de ce jeune couple à qui EDF EN a exigé son silence en lui achetant sa maison, désormais abandonnée car devenue inhabitable. L’attractivité et les retombées touristiques du Viaduc de Millau comme celles des barrages d’EDF (projets d’intérêt public) sont amoindries sur le Lévézou par l’arrivée des éoliennes (projets d’intérêt privé) car personne ne souhaite vivre à 500 m de ces machines géantes de 125 à 170 m de hauteur.

Inciter des riverains à investir dans un projet participatif qui fera perdre 30 à 50 % de la valeur de leur maison et la rendra invendable, c’est les inviter à  se tirer une balle dans le pied.  Est-ce un luxe de réclamer une distance d’éloignement de 10 fois la hauteur des éoliennes par rapport aux habitations ? Les paysages  sont un patrimoine commun. N’est-ce pas le droit de la population de défendre sa santé et son cadre de vie, droit reconnu par la Convention Européenne des Paysages et le Code de l’urbanisme ?

Est-il raisonnable d’accepter la destruction d’au moins trois hectares de la Forêt des Palanges, de la bétonner et de la dénaturer, aux fins d’installer six éoliennes d’une hauteur comprise entre 130 et 170m qui culmineront à 1 020m d’altitude ? L’étude d’impact déposée par le porteur de ce projet, Vents d’Oc, filiale d’un groupe allemand, mentionne « les éoliennes se détacheront de la base des boisements qu’elles surplomberont par leur hauteur et leur plus grande luminosité » Elles viendront dominer la Haute Vallée de l’Aveyron, le Causse Comtal, le Lévezou et entreront en co-visibiité avec la Cathédrale de Rodez. Au nom de quel intérêt particulier accepterait-on de miter ce territoire caractérisé par 40% de progression démographique ?

Est-ce un hasard si, près de 30 associations aveyronnaises dénoncent l’anarchie  de tels projets suscitée par une absence d’étude environnementale préalable, au schéma régional éolien adopté ?   Non, ce ne sont pas des « minorités vociférantes, souvent hors sol » qui s’expriment mais des habitants solidement enracinés à leur pays. Plus  nombreux chaque jour, des élus comme Yves Censi, des agriculteurs et des chefs d’entreprises, prennent conscience du risque induit de perte d’attractivité du territoire Aveyron. L’analyse parcellaire du cercle des TP est un non-sens économique. L’éolien n’est que du court terme, l’Aubrac, le Larzac et l’Agglomération de Rodez, clairvoyants, l’ont écarté. L’histoire dira qu’ils ont eu raison !

Le 23/09/2015

 

Clic sur la vignette pour lire l'article

Clic sur la vignette pour lire l'article

11/04/2015

Arnaque financière sur Théolia ?

Dans nos notes des 28 septembre 2013 et 23 janvier 2015, nous avons déjà mis en doute l'assise financière de Théolia La valeur d'une action Théolia a dévissé de plus de 30 € en 2007 à 0,73 € à la cotation d'hier (-98%) !.

Un récent article sur deontofi.com (Le site de la Déontologie Financière) corrobore notre analyse. Cet article, très technique, alarme les petits porteurs et démontre le racket des financiers de cette société.

Nous n'oublions pas que Théolia est le promoteur du parc éolien de Saint Beauzely et qu'il attaque en justice le Préfet de l'Aveyron pour son refus du permis de construire de Castelnau-Pégayrols !

Que l'on soit propriétaire dont le foncier est convoité par ce promoteur de l'éolien industriel ou actionnaire minoritaire une seule attitude est raisonnable : refuser ses propositions. Pour certains, il est malheureusement trop tard !

Le 11/04/2015

Clic sur la vignette pour lire l'article

23/01/2015

Autoroutes – Eolien Industriel : même rendement pour les financiers !

Lors des récents scandales des revenus financiers des concessions autoroutières, le Canard Enchainé nous apprend que La Banque australienne Macquarie était actionnaire de ces concessionnaires.

Fin 2013, cette banque, déjà actionnaire de Théolia, a tenté une OPA amicale sur la majorité du capital du promoteur éolien Théolia (OPA non recommandée par les journaux financiers).

Cet intérêt des financiers internationaux sur l'éolien industriel (comme sur les concessions autoroutières), démontre la rentabilité de ces placements au détriment des usagers.

Le 23/01/2015

Clic sur la vignette pour lire l'article

Clic sur la vignette pour lire l'article

10/12/2014

484 éoliennes en Aveyron ?

Votre commune sera-t-elle impactée par l'installation d'éoliennes industrielles ?

Pour connaître les projets en cours, les permis de construire accordés et les éoliennes déjà installés en Aveyron, cliquer sur LISTE.

Le 10/12/2014

10/11/2014

Les éoliennes font la une sur les Web Magazines

Les web-magazines, nouvelles forme des journaux d'information libres, s'intéressent de plus en plus à l'éolien industriel.
Deux d'entre eux, www.inumaginfo.com et www.tv-sol.org , ont publié des reportages sur les éoliennes de nos régions.
Nous vous invitons à consulter ces magazines et à suivre les liens ci-dessous pour visualiser leurs reportages vidéo.
Le 10/11/2014

Clic sur les vignettes pour voir les vidéo

05/07/2014

Eoliennes, des profits dans le vent

C'est par ce titre que le célèbre quotidien de la presse nationale l'Humanité annonce en première page de son édition du 18 juin 21014, un article sur le juteux busines de l'éolien industriel.

Un reportage dans notre région dénonce ce scandale.

Le 05/07/2014

Clic sur la vignette pour lire l'article

25/06/2014

Un maire peut-il faire n’importe quoi ?

Le collectif Agir pour le Lévézou répond à l’article de M. Andrieu, maire d’Arques,  paru dans le Journal de Millau du 19 Juin  

     M. le maire, vous comparez la construction des barrages hydroélectriques avec l’implantation d’éoliennes. Pourquoi de telles constructions ont été possibles  dans les années 50 ? Parce qu’il s’agissait de projets d’utilité publique, pilotés par l’Etat. L’intérêt était collectivement clair. Vous déclarez qu’en 2007 le projet éolien a été présenté à la population,  lors d’une enquête d’utilité publique ? Non, c’est faux ! Pour un projet privé (porcherie, étable industrielle, éoliennes etc…) il s’agit d’enquête publique et non d’enquête d’utilité publique, vous le savez bien.   Si les éoliennes étaient si indispensables à la France,  qu’on veut bien nous le laisser croire, on aurait laissé EDF acquérir les terrains avec expropriation si refus, comme pour les barrages ! Pourquoi avoir confié leur installation à des promoteurs privés ? Leurs méthodes commerciales bien rodées ne font l’objet d’aucune déontologie ni d’explications, lors de la signature de la promesse de bail emphytéotique, engageant le propriétaire pour 40 ou 50 ans! Obtenue sur un coin de table de cuisine, avec obligation de garder le silence,  cette promesse laisse libre cours à tous les abus de la part des promoteurs qui nous ont tous  enfumés avec leurs belles paroles.  Les visites organisées  de parcs,  avec  repas offerts aux participants, la présentation de  photomontages d’éoliennes à peine plus hautes que les arbres, la présentation de vidéos sur le réchauffement climatique, sur le risque nucléaire, nous ont conditionnés à nous faire croire qu’ils étaient surtout là pour nous, pour sauver  nos finances communales et améliorer ou accroitre  le revenu  de quelques agriculteurs ! Mais ne soyons pas dupes, ils sont là avant tout pour eux, pour faire du business !! Les études d’impact,  payées par les promoteurs eux-mêmes,  sont bien sûr,  toutes à leur avantage. La rapidité d’implantation des 69 premières éoliennes en deux ans  a fait dire à M. le Préfet Vincent Bouvier que le Lévézou avait connu « un développement de l’éolien, un peu désordonné et anarchique » 

    C’est fin 2008 que l’opposition des riverains s’est organisée pour dire Stop au massacre du Lévézou. Toutes les associations se sont regroupées et leur légitimité  a été  reconnue par les  différents tribunaux qui ont jugé leurs recours recevables. Chacun se doit de défendre son environnement! Les paysages, qui sont un patrimoine commun, personne n’a le droit de se les approprier à des fins purement mercantiles ! Le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté nos requêtes en dérogeant à la loi sur l’eau, et à la convention européenne des paysages, et ce,  sans avancer un seul argument. Pourtant nous avons prouvé que les 15 éoliennes d’Arques-Ségur auront 45 points d’impact à moins de 1000m.des habitations voisines. Oui c’est ça la vérité qu’on vous a cachée! Comment pouvez-vous imposer aux autres, ce que vous ne voudriez pas qu’on vous impose à vous même?    Sur la commune de Ségur, la tourbière de Galan en fera aussi les frais,  pour avoir été volontairement ignorée par le promoteur ! Pourtant le rapporteur public de la cour d’appel de Bordeaux n’a pas hésité, après étude approfondie du dossier,  en décembre 2012, à proposer au juge l’annulation des 4 permis,  pour défauts d’étude d’impact. Ce jour-là, les élus, les promoteurs, le ministère de l’écologie ont vu rouge !!!   Résultat : le juge n’a pas suivi la recommandation du rapporteur.  Cela n’arrive que dans 2% des cas !!   Il a cependant annulé la construction de l’éolienne n° 12, située sur le captage d’eau du village de Douzoumeyroux . Quand même !! Résultat : 14 éoliennes qui se rajouteront aux 5 supplémentaires de Flavin, aux 11 de Bertholène (à Reilhac), aux 6 à 10  au Vibal, aux 11 de Gaillac et de Sévérac l’Eglise (à Vaysse Rodier) bien loin des bourgs-centres. L’anarchie continue !

      M. Andrieu, nous vous savons pourtant très attaché comme nous à notre Lévézou, mais la richesse que vous souhaitez pour cette région, va à l’encontre de la richesse humaine que nous défendons. Ce n’est pas avec un apport d’argent tombé du ciel,  que l’on permet aux populations de s’installer ou de mieux vivre, mais avec des projets. Or au pied des éoliennes « tout projet reste à l’état de dossier dans les tiroirs » dixit André Valadier.  Le Nord Aveyron, l’a bien compris, il a su repousser les promoteurs à temps !  Le manque de réflexion sur un projet de territoire, pour notre Lévézou, lui fait cruellement défaut aujourd’hui. Chaque maire  a réfléchi à un développement individuel d’un parc éolien sur sa commune.   Si pour les 120 habitants d’Arques,  il faut mettre 11 éoliennes pour leur améliorer la vie, à ce rythme,  pour les aveyronnais, il en faudrait  25000  !!                      

    Mais où en est-on aujourd’hui à Arques-Ségur ?  Vous dites que le permis de construire « est à cette date purgé de toutes les voies de recours, et  donc définitivement validé ». Cependant, vous n’avez  pas évoqué un matin de décembre dernier, où vous avez été « convoqué » à 10h30 à votre mairie d’Arques,  par le promoteur, pour signer un dossier de demande de modification de permis,  pour tout le parc éolien. Pourquoi y avait-il tant d’urgence ? Pourquoi un permis modificatif alors que tout était réglé ? Une heure auparavant même opération à la mairie de Ségur. Le promoteur repart donc  avec ses documents paraphés vers les services de la DDT de Rodez. Procédure en catimini, en urgence, où est la transparence que vous affichez. ? La population a-t-elle été informée ?  Comment en si peu de temps les maires concernés ont-ils pu étudier l’objet de la modification, présentée comme suit: « Régularisation coordonnée des machines suite au calage topographique du cadastre, calage des chemins, régularisation des hauteurs des machines, changement de nature des matériaux du mât d’une éolienne… » ? Comment avez-vous pu étudier,  sous la pression patente du promoteur présent, le contenu de ces modifications ? Avez-vous compris  que ce modificatif  imposait le déplacement des éoliennes  de 20, 30, 40 m et plus, par rapport aux emplacements initiaux et ceci d’une manière désordonnée et sans règle apparente ?  Quelles seraient les incidences sur les voies d’accès ? En réalité vous accordez une confiance aveugle à des promoteurs qui s’assoient sur tout pour atteindre leur but. A quoi peut servir l’enquête publique du permis initial,  aujourd’hui complètement chamboulé? Qui augmente les délais des procédures en signant des permis modificatifs dont l’objet est particulièrement opaque ?  L’appât du gain étant très fort, on le voit bien,  le risque de connivence avec les promoteurs est bien réel.  Et si on veut parler de démocratie, comment comprendre et accepter que nos représentants signent sous la pression et dans l’urgence un document administratif  d’une telle importance ? Des actes comme  ceux-là, ne mettent pas en confiance la population.

          Ne vous étonnez pas M. Andrieu,  qu’il y ait des opposants à votre projet, ils ont autant de légitimité que vous,  pour  défendre  le Lévézou! Commencez à balayer devant votre porte, et arrêtez de les faire passer pour des sous-citoyens  et des menteurs !   Non, même un maire ne peut pas faire n’importe quoi !  

Clic sur la vignette pour lire l'article du 19 juin 2014

21/03/2014

Manifestation du 7 mars 2014 - resultats

Lettre remise en préfecture. Voir aussi le reportage photo ci contre

                                                                                                                 

Collectif  SAUVONS L’AVEYRON

à

Madame  Cécile  POZZO  DI  BORGO, Préfet de l’Aveyron  

 

Madame le préfet,

Les 27 associations d’opposition à l’éolien industriel, réunies sous le collectif  SAUVONS L’AVEYRON ont souhaité vous alerter sur l’invasion qui nous guette avec l’arrivée de 350 éoliennes supplémentaires en Aveyron, car nous avons le devoir de défendre notre environnement, nos espaces naturels et leur  biodiversité qui sont un patrimoine commun contre le pouvoir de l’argent au détriment des populations

Nous avons également le devoir de dénoncer la violation des lois par les promoteurs de l’éolien. Madame le Préfet, vous êtes la  représentante de l’Etat,  et l’Etat est notre seul rempart.  Si l’Etat ne fait pas appliquer les lois qu’il a fait  voter, qui le fera ? Est-ce normal qu’il faille aller en justice pour dénoncer la violation des lois ?  

Oui, en nous opposant aux éoliennes, nous sommes dans notre plein droit. Et ce droit est même devenu un devoir. Le devoir d’abord  de lutter contre le silence programmé de la création de tout  parc éolien

Le devoir de dénoncer la corruption qui gagne nos campagnes, les promoteurs appliquant des méthodes d’un autre temps, en achetant par exemple le silence des riverains trop présents dans les médias,   ainsi que la complaisance voire la complicité de diverses administrations dans différents dossiers  

Avec le retour d’expérience de ce que vit le Lévézou depuis 2007, nous voulons vous rappeler que :

-          La convention européenne des paysages a été bafouée partout et le sera bien davantage en Aveyron si on laisse implanter 350 éoliennes de plus, sur tout son territoire très touristique

-           la loi Montagne censée règlementer les constructions industrielles, a été violée par la construction de 74 éoliennes industrielles.   C’est chez nous que se trouve la plus forte concentration d’éoliennes de France en  Montagne

-          La loi littorale concernant les bords de mer ou les lacs de plus de 1000 ha a été bafouée à Salles Curan  par la construction du parc d’EDF EN (29 éoliennes) Chaque fois qu’un artisan ou un agriculteur veut construire un bâtiment, il doit respecter les normes et la règlementation par rapport à la loi littorale. Alors qu’on s’apprête à faire déplacer des bungalows construits en même temps que ces parcs, on ne dit rien pour les éoliennes,       il y a deux poids et deux mesures !

     -La loi sur l’eau a été bafouée à Salles Curan et à  Arques-Ségur, Alors qu’on interdit ou règlemente, les drainages en agriculture,  alors qu’on a retardé la construction d’un Gymnase ou d’un collège à Salles Curan, en raison d’une zone humide pourquoi déroger pour les éoliennes  Il y a deux poids et deux mesures !

 Toutes les études d’impact sont payées par les promoteurs qui de ce fait, en contrôlent tous les résultats !! On comprend qu’ils leur soient tous favorables !!!

-          La loi sur la préservation et la surveillance du patrimoine biologique a été bafouée à Bouloc, où l’hécatombe des chauves-souris se poursuit.  A Bertholène, aussi, aux portes de Rodez avec l’installation de 11 éoliennes en forêt. La DREAL a donné son  avis sur les études d’impact  sans avoir mis les pieds sur le terrain. Elle a été bafouée aussi à  Peux et Coufouleux, à Murasson et pour tous les projets du Sud Aveyron, sur des régions à faible densité de population mais qui, pour ces raisons,  ont une faune très riche qui va être anéantie  par les éoliennes parce que dans les études d’impact, les promoteurs nient  la présence de ces trésors de biodiversité

-          Voir document ci-joint remis par Jean Claude Austruy

Madame le préfet, nous sommes venus aujourd’hui très nombreux, pour vous demander une nouvelle fois, de vous appuyer  sur le retour d’expérience du Lévézou pour les permis des projets à venir,

-          Pour prendre en compte la fracture du tissu social que génère l’arrivée des éoliennes dans le milieu rural. L’impact néfaste qu’elles ont sur le bon fonctionnement des associations indispensables à la vie d’un village et à sa cohésion sociale. L’impact néfaste sur la vie des communes. La fracture est partout, dans les familles, les écoles, dans les équipes municipales, dans les milieux professionnels : commercial, artisanal ou agricole à travers les groupes d’entraide, les coopératives de matériel agricole etc…  et ça  personne ne l’avait prévu

-          pour constater que 5 ans seulement après leur installation,          3 éoliennes du parc d’EDF EN, Cantos,  Guirande sont arrêtées pour une durée indéterminée Va-t-on les réparer, les démanteler tout de suite ?  Qui a le faire dans  20 ans   puisqu’EDF EN revend tous ses parcs aux étrangers grâce au juteux marché des certificats carbone? Alors que les promoteurs se défendent de faire travailler les artisans locaux, à Salles Curan,  ils ont assigné en justice toute la chaîne des professionnels ayant participé à la construction du parc et leur réclament un manque à gagner de  8 millions 800 000 euros qui va les entrainer vers la  faillite.

-          pour prendre en compte la perte de valeur de notre patrimoine qui est réelle et qui rend le Lévézou nettement moins attractif au point de repousser de nouveaux arrivants,  en témoigne souvent la baisse des effectifs dans les écoles !!

-          pour refuser de laisser installer des éoliennes de 160 m. de haut à 500 m. des maisons comme c’est le cas sur les projets de Rieupeyroux, Prévinquières  et d’Anglars St Félix- Roussennac et de tout le Ségala.  Les infrasons et le bruit des éoliennes  occasionnent des problèmes de santé chez les riverains

-          Quant à notre retour d’expérience sur l’emploi. Où sont les emplois sur le Lévézou qui étaient censés être créés ?   Pendant 5 ans la maintenance des machines a été assurée par les constructeurs.  En subventionnant l’éolien chez elle, la France soutient l’industrie de nos voisins. Toutes les éoliennes installées sur le Lévézou sont étrangères (Allemagne, Espagne, Danemark)

Mme le préfet,  il est inutile que la France s’entête dans un système qui ne marche pas. Arrêtons les subventions à l’éolien terrestre, comme l’a fait l’Espagne avec effet rétroactif pour les machines installées avant 2004,  comme l’a fait  l’Italie,  ce qui oblige EDF EN  à revendre  60 % de ses parcs installés chez elle. Comme l’a fait aussi l’Angleterre dont le ministre de l’industrie a déclaré : « Il est temps de mettre fin au plus grand délire de l’époque actuelle » Et enfin comme l’a fait également l’Allemagne,  dans un silence médiatique  assourdissant  

 Mme le préfet, la machine est en train de s’emballer et tous les services de l’Etat sont dépassés. Les politiques ont perdu tout contrôle de la situation depuis l’abolition des ZDE. Les promoteurs sont en chasse partout à la recherche de proies faciles, pour obtenir des signatures en masse sur l’axe Nord Sud de la ligne 400 000 volts qui va nous amener tout droit au projet de transfo de St Victor,

Voir document ci-joint de Pierre Pradié  

. Mme le Préfet, il est temps de mettre fin à un système qui va faire  doubler le prix de l’électricité pour les ménages et les petites entreprises Il est temps de mettre fin à un système qui va appauvrir les consommateurs mais surtout enrichir des sociétés étrangères canadiennes ou allemandes,  avides de récupérer des certificats carbone, qu’ils vont revendre dans leur pays aux professionnels de l’énergie. Cette transaction leur donnera le droit de polluer chez eux et leur permettra de respecter ainsi leurs engagements du protocole de Kyoto. C’est un système qui nous dépasse !!   

Madame le préfet, nous voulons dénoncer vigoureusement la façon dont l’amendement sur l’abrogation des ZDE et de la règle minimum des 5 mats a été voté. Ce jour-là la démocratie a été prise en otage par le lobby éolien et par Delphine Batho, alors ministre de l’écologie, à 2 H. du matin devant seulement 15 députés présents dans l’hémicycle. Cette loi a  anéanti du même coup le mince pouvoir qu’avaient les élus sur les projets d’implantation !

Mme le préfet, nous voulons vous rappeler que le 21 Sept 2013 à la Conférence sur l’environnement, François Hollande s’est exprimé en disant : «  on a même pu constater parfois qu’il y avait eu  des effets d’aubaine, des gâchis de deniers publics et de comportements spéculatifs. Ce n’est pas bon, ce n’est pas logique que l’argent public, que ce soit des subventions ou que ce soit de la fiscalité, à travers de tels mécanismes, puissent être au service d’une politique qui ne donne pas de résultats »

M. le Président,  si votre adversaire n°1 c’est bien  le monde de la  finance, alors il faut arrêter d’encourager un système qui par ses subventions généreuses aux énergies renouvelables, soutient l’industrie chez nos voisins et aggrave le déficit de notre balance commerciale.  Un  système qui enrichit les plus riches au détriment de l’intérêt du plus grand nombre

   En vous demandant de bien vouloir transmettre nos demandes aux plus hautes autorités de l’Etat, nous vous prions d’agréer, Madame le préfet, l’expression de nos sentiments les plus respectueux

 

 Le vendredi 7 mars 2014. Pour le collectif  SAUVONS L’AVEYRON

 

 Graziella Pierini,    Jean Marty,   Pierre Pradié,   Christian  Bernard 

26/02/2014

Manifestation du 7 Mars 2014

Déplacement en bus pour la manif du 7 Mars 2014

Le bus partira de St Affrique à 11 h. 45 précises de la gare routière située près des pompiers, Bvd Emile Trémoulet   Prévoir Sandwich si besoin

-         1er Arrêt du bus à 12 h. à St Rome de Tarn : devant le restaurant

-         2ème  à Montjaux, à 12 h. 15 : devant restaurant Sarrau

-         3ème  à Bouloc, à 12 h. 25 place du restaurant Gaubert

-         4ème  à Salles Curan à 12 h. 35  à l’arrêt bus près garage Vaysse

-         5ème  à Pt de Salars  12 h. 45 rd-point de la Scierie, route du Vibal

-         Arrivée à Rodez Place Foch vers 13 h. 15           

Inscriptions à  Jean Marc Trinquier par mail   jmtrinquier @ free.fr ou

          Monique Bousquet à Bouloc,  par téléphone au  05 65 46 35 45

          Madou Rudelle à Pt de Salars par téléphone au 05 65 46 80 29

          Merci de vous inscrire    Avant le 1er Mars 

Participation aux frais en fonction du nombre (entre 7 et 9 euros aller-retour)

Faites suivre ces infos à tous vos amis et voisins et téléphonez-leur pour les motiver. Le car permet une plus grande facilité de transport pour les manifestants. Pas de problème de conduite en ville  ni de souci de  stationnement

Le retour sera assuré de Rodez devant la cathédrale à partir de 16 h.

Nous nous devons de faire un effort pour être nombreux, l’avenir de nos territoires dépend de notre force de mobilisation. C’est une occasion décisive et déterminante  de donner aux pouvoirs publics un signal fort de  notre opposition à l’éolien industriel en raison de ses nuisances et de son inutilité 

le 26/02/2014

Clic sur la vignette pour lire l'appel

20/02/2014

Ils se foutent de nous …..

Ils se foutent de nous ces énarques !

Au détour de la rubrique consacrée aux annonces légales du Midi Libre du 18 février 2014 on découvre dans un petit pavé un extrait d'arrêté préfectoral autorisant l'installation de 14 éoliennes à Mélagues dans le sud Aveyron.

Mais là ou le comique prend le dessus sur la réalité c'est qu'on ne parle plus d'éoliennes, ni d'aérogénérateurs mais "d'installations de production d'électricité utilisant l'énergie mécanique du vent".

Qui plus est, si on consulte le dossier sur le site de la Préfecture de l'Aveyron, on constate que les dossiers "Mémoires en réponse (1ere partie)" http://www.aveyron.gouv.fr/IMG/pdf/MEMOIRE_EN_REPONSE_1_c... et
"Mémoires en réponse (2ème partie)"
http://www.aveyron.gouv.fr/IMG/pdf/MEMOIRE_EN_REPONSE_2_c... sont à l'envers

De quoi être tout retourné !

le 20/02/2014

Clic sur la vignette pour lire l'article

15/01/2014

Propriétaires fonciers, une promesse de bail vaut bail !!

Une Promesse de bail emphytéotique, à première vue très alléchante, vous a été proposée ou pourrait vous être proposée pour installer des éoliennes sur une ou plusieurs de vos parcelles dont vous êtes propriétaire. Prenez garde, si le démarcheur  vous presse de signer rapidement, et s’il vous recommande de garder le silence sur le projet. Pourquoi tant  d’empressement ? Pourquoi cette  volonté de discrétion ? Il faut lire le contrat entre les lignes : » La durée de la promesse de bail est de 5 ans et pourra être prorogée de 2 ans maximum automatiquement. C’est seulement à l’issue de ce délai, qu’elle pourra être dénoncée par l’une ou l’autre des parties, six mois avant le terme par lettre recommandée, si , et seulement si le promoteur n’a pas commencé les travaux. » Cette promesse de bail emphytéotique engage la surface totale cadastrée de la parcelle concernée par le projet éolien, (appelé site), et cette promesse de bail vaut bail. Sa signature est irrévocable. Le délai de rétractation n’est que de 8 jours. De nombreux propriétaires fonciers refusent désormais de signer la promesse qui leur est proposée, après s’être informés sur les clauses d’un bail emphytéotique, auprès de leur notaire, ou de juristes indépendants, pour ne pas s’engager pour leur vie et celle de leurs héritiers. Certains signataires nous ont même déclaré s’être « fait avoir »

Le bail emphytéotique (d’une durée de 18 à 99 ans, précisée sur le contrat) vous sera ensuite proposé à la signature, après le début des travaux. Il précisera le plan de division et d’encombrement périphérique établi par un géomètre expert. Il fera apparaître l’emprise au sol du projet, avec de nouveaux numéros de parcelle, sur votre matrice cadastrale. Ce bail est rédigé uniquement par le promoteur locataire, dans son seul intérêt, et vous devrez en accepter toutes les clauses « A compter de la date de signature du bail emphytéotique, le propriétaire foncier, appelé Promettant, et l’éventuel fermier agricole en place, appelé Exploitant, s’engagent à résilier purement et simplement le bail rural qui les lie, sauf sur le surplus de la parcelle divisée. »

La principale caractéristique d’un bail emphytéotique, c’est qu’il confère au bénéficiaire, (promoteur locataire de la parcelle), appelé emphytéote, un droit réel, susceptible d’hypothèque, comme s’il en était propriétaire. C’est d’ailleurs lui qui paiera l’impôt foncier. Son pouvoir est quasi absolu. De plus il pourra le céder à qui bon lui semble, La preuve, sur le Lévézou, la plupart des parcs éoliens ont déjà étérevendus 2 ou 3 fois. Le démantèlement de ces énormes machines devrait être assuré en principe par le promoteur mais depuis 2011, les éoliennes dépendent du régime des installations classées ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement). Ce classement (qui concerne tout site industriel) engage le propriétaire foncier à démonter les installations industrielles et à dépolluer son terrain (béton compris) en cas de faillite ou de désertion du  locataire exploitant !

La promesse de bail signée, il sera trop tard : Car seul le promoteur aura le droit de poursuivre ou d’arrêter le projet, de le revendre avant ou après sa construction, de l’exploiter lui-même ou pas, selon ses seuls intérêts, et les opportunités financières qui se présenteront. EDF Energies Nouvelles vient ainsi de revendre le 10 novembre 2013, son parc éolien de Fontfroide, inauguré le 17 Mai 2013, commune de Fraïsse/Agout dans l’Hérault, à l’assureur allemand Allianz, qui pourra ainsi négocier les droits à polluer récupérés, auprès des professionnels de l’énergie en Allemagne, afin de permettre à ce pays de sortir du nucléaire avec leur charbon de surface très polluant. Signer un bail éolien, c’est aussi cautionner tout ce business, dont personne ne peut plus ignorer qu’il n’a rien d’écologique. En France, 4000 éoliennes produisent 2,7 % de la consommation, de façon intermittente, compensée par des centrales au gaz, importé à 94% du Maroc et de Russie !

Quant aux nuisances, si vous devez habiter près des futures éoliennes, ou dans le sens des vents dominants, ne sous-estimez pas les nuisances sonores ou visuelles générées par des machines de 160 m. de haut dont le bout de pales tourne à 300 km /h, flashant jour et nuit, ainsi que la perte de valeur de votre maison (30 à 50 % confirmée par de nombreux tribunaux). Le parc, une fois construit, vous n’aurez plus le droit de vous plaindre. Attention à l’argent facile, car si l’argent de l’éolien ne rend pas sourd, il rend muet. Louer votre terrain, pour construire des éoliennes, c’est entrer en conflit avec vos voisins, en leur imposant des nuisances à votre seul bénéfice, d’autant plus égoïstement si vous habitez loin des machines. Dès que le projet est ébruité, la division s’installe à tous les niveaux : Amis très proches, famille, associations, équipe municipale, groupes d’entraide, Cuma etc. Certaines communes n’hésitent pas à sacrifier un autre village riverain en préservant leur bourg principal. Et vous, allez-vous faire aux autres ce que vous n’aimeriez pas qu’on vous fasse ?

Le paysage et l’environnement sont générateurs d’un tourisme créateur d’emplois. Mais qui viendrait habiter une campagne avec vue sur un site éolien industriel ? Notre principale richesse, ce sont les hommes. Or l’éolien repousse de nouveaux arrivants et anéantit tout projet.

Agir pour le Lévézou

 

Le 15/01/2014

12/12/2013

La LPO canardée

Habituellement, le "Journal satyrique paressant le mercredi" est indulgent avec les écolos bobos. Mais dans son édition du mercredi 4 décembre il "canarde" la Ligue de Protection des Oiseaux de l'Hérault (lire la reproduction de l'article ci-dessous).

Dans cet article vous découvrirez  comment la LPO se fait entretenir par EDF Energie Nouvelle (filiale d'EDF) qui exploite plusieurs éoliennes industrielles du Lévézou.

Dans le même ordre d'idée, la Fondation RTE (Réseau Transport d'Electricité, autre filiale d'EDF) a sponsorisé l'éco-camping au Cun du Larzac. Camping dans lequel est impliqué Anne Lacouture, par ailleurs attachée parlementaire de José Bové.

Nous sommes persuadés que notre emblématique député européen sera insensible aux arguments des lobbyistes qu'il pourfend si justement à Bruxelles. Pour RTE ce n'est pas du mécénat mais de l'investissement. Investissement que nous espérons à fonds perdus !

le 12/12/2013

Clic sur la vignette pour lire l'article

28/09/2013

Parlons un peu de finances internationales

Dans la revue financière Le Revenu de septembre 2013, Théolia fait l'objet d'un article (à lire  ci-dessous).

Rappelons que Théolia, par son acquisition de Ventura en 2008-2009, est le propriétaire exploitant des éoliennes de Castelnau Pegayrols, mais aussi porteur des projets de Saint Beauzely (6), de Saint Laurent de Lévézou (6), et de l'extension de celui Castelnau (7). Ces projets  sont actuellement réexaminés par Madame le Préfet de l'Aveyron suite à la décision du Tribunal administratif de Toulouse (lire nos notes précédentes).

L'action Théolia cotait, au plus fort de l'illusion de l'énergie du vent, plus de 30€ en avril 2007. Elle a dévissé en 2009 à moins de 2 € et depuis l'échec de l'OPA du fond d'investissement Australien elle cote  1,26 € au 17 septembre 2013.

Messieurs les Maires de St Beauzely et Castelnau-Pegayrols comment pouvez vous faire confiance à cette société ?

Madame le Préfet, comment pourriez-vous accorder ces permis de construire à Théolia qui ne cherche à les obtenir que pour pouvoir les revendre afin de satisfaire ses actionnaires, et laissant ainsi sans réponse le problème du démantèlement ?  

Le 28/09/2013

Clic sur la vignette pour lire l'article

19/09/2013

Augmentation du prix de l'électricité !

EDF a augmenté ses tarifs pour les particuliers de 5% au 1er août. Pour 2014 la même augmentation a été planifiée. Pourquoi ?

Dans un article paru le 12 septembre 2013 dans Le Journal de Millau le collectif Agir pour le Lévézou explique les raisons de cette augmentation et pourquoi la prolifération des éoliennes ne résoudra pas, et même amplifiera, les émissions de gaz à effet de serre.

Le 20/09/2013

Clic sur la vignette pour lire l'article

14/08/2013

Histoire du petit chemin de la forêt de Comberoumal

Il existait entre le col de Poulzinières et la Croix de Boudets un charmant chemin de randonnée, le GR62 prolongé par le GTML (Grand Tour des Monts du Lévézou), Ce chemin longeait les vestiges d'une construction romaine et était emprunté par  des randonneurs, des cavaliers, des  vététistes etc…

P1200330r.JPG

Quelques années plus tard il s'est transformé, dans sa partie sud, en un large chemin, qui a servi  à l'implantation des 6 éoliennes de la partie nord du parc éolien de Castelnau-Pégayrols.(qui en compte à ce jour 13 déjà installées)  Ces chemins de randonnée ont perdu tout leur charme et les chevaux ont des difficultés pour  passer au pied des éoliennes, certains devant même renoncer les jours de grand vent    

P1150146r.JPG

Depuis quelques semaines ce large chemin s'est prolongé jusqu'à la Croix de Boudets. Sous le prétexte de coupe forestière c’est une véritable "autoroute", subventionnée par le Conseil Régional, qui s’offre maintenant par sa largeur aux randonneurs !!

P1200332r.JPG

Les promoteurs ont même prévu des aires de retournements ! Le tout empierré pour pouvoir faire passer de lourds convois  Cela préfigure-t-il les implantations des éoliennes, objet des permis de construire à nouveau à l'étude à la Préfecture de l'Aveyron suite au jugement du 23 mai du Tribunal Administratif de Toulouse ?

En tout cas les promoteurs de l'éolien industriel avec l’aide du propriétaire foncier et des subventions du Conseil Régional  tracent leur route sans attendre, nous n’en doutons pas !!.

P1200328r.JPG

Si les permis de construire étaient accordés, la forêt de Comberoumal se transformerait alors, en forêt de métal ! (photo du parc éolien de Salles Curan depuis la Croix de Boudets)

P1200326r.JPG

Le 14/08/2013

Un clic sur les vignettes pour voir les photos en grand !

 

06/08/2013

éoliennes autour du Pic Monseigne ! (suite)

 Afin de sensibiliser la population voisine du Pic Monseigne, Le collectif "Agir pour le Lévézou" a convié la presse régionale à Mauriac pour démontrer la pertinence de son opposition au projet de parc éolien industriel autour de ce site emblématique du Lévézou.

le 06/08/2013

MLvig.jpg

Clic sur la vignette pour lire la l'article