Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2010

Lettre ouverte à Alain Marc, Député de l'Aveyron

Avant que ne s'engage, à l'assemblée Nationale, le débat sur le Grenelle de l'environnement 2, le collectif Agir pour le Lévézou a adressé une lettre ouverte a Monsieur le député Alain Marc.
Comme nous, vous pouvez adresser un courriel au député de la 3ème circonscription de l'Aveyron ( amarc@assemblee-nationale.fr ), en exprimant vos raisons personnelles pour lesquelles vous ne souhaitez pas que le Lévézou se transforme en ferme d'éoliennes industrielles.
le 01/05/2010

Clic sur la vignette pour lire la lettre ouverte

14:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : alain marc, député

Commentaires

Pour avoir suivi les débat en direct sur le site de l'Assemblée Nationale, il m'est apparu, M. Alain MARC, que vous n'étiez pas dans l'hémicycle.

Quand on est le député d'une circonscription qui est à la merci d'un massacre, dont l'âme et l'identité sont en péril, on fait face à son devoir.

Car, quel que puisse être votre bord, vous opposer aux éoliennes est effectivement votre devoir.

Le territoire de notre circonscription est harcelée par les promoteurs. Les promoteurs qui ne souhaitent qu'une chose : nous spolier de notre qualité de vie, nous spolier de notre patrimoine commun à tous, et nous voler notre âme !

Les promoteurs exploitent et instrumentalisent le mal-être de la ruralité.

Ce mal-être, c'est celui des élus, petits maires, représentants de circonscriptions obsolètes à l'heure de la mondialisation et des déficits abyssaux, qui craignent pour leurs finances publiques.

Ce mal-être, c'est aussi celui des agriculteurs qui se voient crever.

Notre circonscription a su dire "non" il y a quelques décennies contre des valeurs qui ne sont pas les nôtres. Aujourd'hui, elle est toujours le terreau d'une pensée qui promeut un nouveau rapport à l'économie.

Parce que l'éolien est porté par des spéculateurs qui asseoient leur profit sur la transformation de notre nature unique en zone industrielle inhabitable, s'y opposer dans notre circonscription ne peut être une question d'idéologie. Ce ne peut pas être une question de droite et de gauche.

L'enjeu, ce n'est rien de moins que notre identité de sud-aveyronnais, et la défense des valeurs qui l'ont fondée.

Le député de notre circonscription, quel qu'il soit, quel que soit son bord, est le représentant d'une identité qu'il se doit de défendre.

Alors M. Marc, opposez-vous à l'éolien sur le Lévézou !
Opposez-vous à l'éolien dans les Monts de Lacaune, dans les hauteurs de Belmont et Camarès.
Opposez-vous, comme votre devoir vous l'impose, là où petits maires et agriculteurs, chacun pour ses raisons, sont devenus fous !

Oppposez-vous avant que votre circonscription devienne le symbole du pire.

C'est votre devoir.

Écrit par : PAS D'EOLIENNES DANS LES MONTS DE LACAUNE | 07/05/2010

Bonjour,
élu de Sylvanès, j'ai récemment manifesté mon total désaccord sur l'implantation d'éoliennes dans le Rougier ou dans les Monts de Lacaune. Les Eoliennes sont le cancer d'un écologisme mal pensé. Bravo pour votre combat contre ces engins qui n'ont lieu d'être qu'en mer ou dans des territoires à très faible intérêt paysagé. (désert, plaine inhabité).
Cordialement

Écrit par : Marc Ayral | 08/05/2010

Merci Monsieur Ayral pour ce commentaire, très juste.

Il est vrai, comme sur le Lévézou dont nous n’avons jamais été aussi proches, que les éoliennes sont à Camarès, Belmont et par-delà, à Sylvanès ou bien encore à Mounès, un objet de discorde.

Discorde au sein des familles.
Discorde au sein des conseils municipaux
Discorde au sein de notre communauté tout entière.

Est-ce à l’honneur de nos élus que d’entretenir cette discorde ? Que de ne pas savoir dire « non » ? Est-ce à l’honneur de nos élus d’au contraire l’encourager en décidant de succomber aux sirènes d’un profit qui confine, plus qu’à un non-sens, au véritable assassinat de notre territoire ?

Sur le Lévézou, les partisans ont signé l’arrêt de mort d’une partie de notre sud-Aveyron.

Si les éoliennes y sont le symptôme visible du cancer de la ruralité (l’avenir des agriculteurs ? l’avenir des jeunes ici ?), ce n’est pas en les laissant progresser, telles des métastases, dans les Monts de Lacaune que l’on endiguera le mal. Bien au contraire. C’est pourquoi il faut dire : « Lévézou, Monts de Lacaune, même combat pour un même territoire ».

Car du Lévézou au Monts de Lacaune, à l’époque du Paris/Marseille en 3 heures, l’on parle bien d’un seul et même territoire.

Massacrer le Lévézou, c’est déjà attenter à notre qualité de sud-aveyronnais. Ce que l’on fait à une commune, Belmont, Sylvanès, Camarès ou Mounès bien sûr, en réalité, on le fait tout autant à une autre, surtout s’il s’agit d’installer des machines industrielles de 150 mètres de haut, visibles à des dizaines de kilomètres.

En effet, des hauteurs de Belmont, de nuit, dans les Monts, ou simplement entre Belmont et Camarès, sur le plateau de Saint Vincent, l’on aperçoit bien au loin un scintillement : ce n’est pas celui d’un ciel étoilé, que seul peut nous offrir un air rare, purifié de toute pollution, mais le rappel de ce que le Lévézou n’est plus désormais qu’une immense zone industrielle.

Si demain, dans les Monts de Lacaune, l’on fait comme sur le Lévézou, alors sera dessiné, irrémédiablement, un axe industriel, anti-naturel, anti-aveyronnais.

Un axe industriel qui délimitera le territoire d’une véritable friche humaine.

Est-ce cela que l’on veut ?

Car à ne penser qu’au seul remplissage des caisses communales, quelques élus n’ont jamais su voir le véritable joyau dont ils ont la charge : nos paysages. Nos paysages qui font aujourd’hui notre patrimoine, notre qualité de vie ; nos paysages aussi qui, au fil des siècles, ont forgé notre identité, nos mœurs, nos traditions, les rapports qui nous lient.

Le drame, c’est qu’au moment même où ces paysages apparaissent comme une richesse immatérielle mais tellement valorisable, certains veulent à la fois les balafrer, et nous en déposséder. Ils oublient que nous parlons de territoires qui ne sont pas réductibles à une valeur financière, une projection chiffrée dans les comptes communaux.

Les éoliennes dans les Monts de Lacaune, comme juste en face sur le Lévézou, c’est la profanation par les hommes d’un monument sublime que la nature leur a pourtant généreusement offerte. A Sylvanès, et depuis des siècles, des thermes à l’Abbaye, vous avez su en tirer profit. Mais ailleurs ? A quelques kilomètres seulement ?

Le drame, c’est aussi que c’est au nom d’une écologie totalement pervertie que nos supposés défenseurs de nos territoires, une partie de nos élus seulement, les assassinent.

Heureusement, beaucoup au sein des conseils municipaux s’opposent.
Beaucoup changent d’avis.
Beaucoup comprennent.

Écrit par : pas d'éoliennes dans les Monts de Lacaune | 08/05/2010

Quand on a rien, juste sa ferme, son élevage,
Quant on n'a pas de revenus,
Quand on a rien,

tout ce qui nous reste et qui n'a pas de prix, c'est notre seule nature et nos paysages.

Le maire de Camarès, Jacques Bernat, et le conseiller général, Jean Milési, n'ont pas le droit de nous enlever ce seul patrimoine que nous ayons.

Écrit par : non aux éoliennes a Camarès et Murasson | 21/05/2010

L'ancien maire de Camarès, M. Fanjaud, agriculteur, était favorable aux éoliennes.
Il n'a pas renouvelé son mandat aux dernières élections municipales et il a mis des éoliennes sur ses terrains privés.

S'il y a un lien de cause à effet, alors c'est la démonstration que le moteur du développement éolien, dans notre sud Aveyron, repose dans la quête du profit financier.

On n'a pas le droit de détourner un patrimoine naturel et paysager qui appartient à tous pour des intérêts privés. On n'a pas le droit d'utiliser l'action publique à des fins privées.

Écrit par : sébastien | 23/05/2010

Bonjour,
L'opposition aux éoliennes en Sud-Aveyron est trop dispersée me semble t-il! Les egoïsmes prévalent, les difficultés de vie détournent beaucoup de nos concitoyens de ce sujet pourtant essentiel : La Beauté de notre territoire. Des apprentis sorciers, espèrent en la "manne" de l'éolien pour sauver nos Pays : Monts d'Orb, Rougier, Mont de Lacaune, Haut Languedoc! D'autres solutions que l'éolien de moyenne montagne existent pour créer l'alternative au Nucléaire. Il est temps de regrouper toutes les bonnes volontés et former un collectif Pro et non anti, ayant pour but de démontrer que d'autres solutions de développement existent en Sud Aveyron.
Regardez ce qui a été réalisé, depuis près de 40 ans, avec abnégation et volonté sur Sylvanès, cette toute petite commune de moins de 100 habitants. C'est possible ailleurs, chacun avec sa particularité. Il suffit de mettre en réseau toutes les intelligences. Aller à la facilité et à la vénalité de courte vue n'ont amené que la pauvreté et la perte des valeurs essentielles.
Et si nous en parlions...

Écrit par : Marc Ayral | 23/05/2010

Bonsoir,

Vous avez raison.
Ce territoire est un "nature land" géant. Ce que vous avez fait à Sylvanès est magnifique. Vous l'avez fait dans le respect de votre patrimoine, de votre histoire et de votre environnement.
Rien à voir, donc, avec la démarche opérée sur le Merdélou, dans le coin du triptyque Camarès, Murasson, Belmont. Là, c'est une atteinte totale à nos valeurs et notre héritage.
Ce territoire est un "nature land" géant, rare, et la synergie que vous proposez me semble une évidence. Pensez donc ! De votre abbaye à la collégiale de Belmont, quelque chose est à faire...
Mais vous voyez bien l'esprit de clocher : entre deux villages, il faut attendre 30 ans pour couper 3 virages. Et certains des élus utilisent visiblement leur mandat à des fins privées...
J'aimerais que la préfète en ait conscience et propose mieux qu'une autorisation de permis de construire.
J'aimerais que Alain Marc fasse mieux que de s'inscrire dans le sens du vent.
Ici, dans ce sud, on attend qu'il prenne ses responsabilités. Il a tout à gagner.

Écrit par : sébastien | 23/05/2010

Les commentaires sont fermés.