Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/06/2014

Un maire peut-il faire n’importe quoi ?

Le collectif Agir pour le Lévézou répond à l’article de M. Andrieu, maire d’Arques,  paru dans le Journal de Millau du 19 Juin  

     M. le maire, vous comparez la construction des barrages hydroélectriques avec l’implantation d’éoliennes. Pourquoi de telles constructions ont été possibles  dans les années 50 ? Parce qu’il s’agissait de projets d’utilité publique, pilotés par l’Etat. L’intérêt était collectivement clair. Vous déclarez qu’en 2007 le projet éolien a été présenté à la population,  lors d’une enquête d’utilité publique ? Non, c’est faux ! Pour un projet privé (porcherie, étable industrielle, éoliennes etc…) il s’agit d’enquête publique et non d’enquête d’utilité publique, vous le savez bien.   Si les éoliennes étaient si indispensables à la France,  qu’on veut bien nous le laisser croire, on aurait laissé EDF acquérir les terrains avec expropriation si refus, comme pour les barrages ! Pourquoi avoir confié leur installation à des promoteurs privés ? Leurs méthodes commerciales bien rodées ne font l’objet d’aucune déontologie ni d’explications, lors de la signature de la promesse de bail emphytéotique, engageant le propriétaire pour 40 ou 50 ans! Obtenue sur un coin de table de cuisine, avec obligation de garder le silence,  cette promesse laisse libre cours à tous les abus de la part des promoteurs qui nous ont tous  enfumés avec leurs belles paroles.  Les visites organisées  de parcs,  avec  repas offerts aux participants, la présentation de  photomontages d’éoliennes à peine plus hautes que les arbres, la présentation de vidéos sur le réchauffement climatique, sur le risque nucléaire, nous ont conditionnés à nous faire croire qu’ils étaient surtout là pour nous, pour sauver  nos finances communales et améliorer ou accroitre  le revenu  de quelques agriculteurs ! Mais ne soyons pas dupes, ils sont là avant tout pour eux, pour faire du business !! Les études d’impact,  payées par les promoteurs eux-mêmes,  sont bien sûr,  toutes à leur avantage. La rapidité d’implantation des 69 premières éoliennes en deux ans  a fait dire à M. le Préfet Vincent Bouvier que le Lévézou avait connu « un développement de l’éolien, un peu désordonné et anarchique » 

    C’est fin 2008 que l’opposition des riverains s’est organisée pour dire Stop au massacre du Lévézou. Toutes les associations se sont regroupées et leur légitimité  a été  reconnue par les  différents tribunaux qui ont jugé leurs recours recevables. Chacun se doit de défendre son environnement! Les paysages, qui sont un patrimoine commun, personne n’a le droit de se les approprier à des fins purement mercantiles ! Le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté nos requêtes en dérogeant à la loi sur l’eau, et à la convention européenne des paysages, et ce,  sans avancer un seul argument. Pourtant nous avons prouvé que les 15 éoliennes d’Arques-Ségur auront 45 points d’impact à moins de 1000m.des habitations voisines. Oui c’est ça la vérité qu’on vous a cachée! Comment pouvez-vous imposer aux autres, ce que vous ne voudriez pas qu’on vous impose à vous même?    Sur la commune de Ségur, la tourbière de Galan en fera aussi les frais,  pour avoir été volontairement ignorée par le promoteur ! Pourtant le rapporteur public de la cour d’appel de Bordeaux n’a pas hésité, après étude approfondie du dossier,  en décembre 2012, à proposer au juge l’annulation des 4 permis,  pour défauts d’étude d’impact. Ce jour-là, les élus, les promoteurs, le ministère de l’écologie ont vu rouge !!!   Résultat : le juge n’a pas suivi la recommandation du rapporteur.  Cela n’arrive que dans 2% des cas !!   Il a cependant annulé la construction de l’éolienne n° 12, située sur le captage d’eau du village de Douzoumeyroux . Quand même !! Résultat : 14 éoliennes qui se rajouteront aux 5 supplémentaires de Flavin, aux 11 de Bertholène (à Reilhac), aux 6 à 10  au Vibal, aux 11 de Gaillac et de Sévérac l’Eglise (à Vaysse Rodier) bien loin des bourgs-centres. L’anarchie continue !

      M. Andrieu, nous vous savons pourtant très attaché comme nous à notre Lévézou, mais la richesse que vous souhaitez pour cette région, va à l’encontre de la richesse humaine que nous défendons. Ce n’est pas avec un apport d’argent tombé du ciel,  que l’on permet aux populations de s’installer ou de mieux vivre, mais avec des projets. Or au pied des éoliennes « tout projet reste à l’état de dossier dans les tiroirs » dixit André Valadier.  Le Nord Aveyron, l’a bien compris, il a su repousser les promoteurs à temps !  Le manque de réflexion sur un projet de territoire, pour notre Lévézou, lui fait cruellement défaut aujourd’hui. Chaque maire  a réfléchi à un développement individuel d’un parc éolien sur sa commune.   Si pour les 120 habitants d’Arques,  il faut mettre 11 éoliennes pour leur améliorer la vie, à ce rythme,  pour les aveyronnais, il en faudrait  25000  !!                      

    Mais où en est-on aujourd’hui à Arques-Ségur ?  Vous dites que le permis de construire « est à cette date purgé de toutes les voies de recours, et  donc définitivement validé ». Cependant, vous n’avez  pas évoqué un matin de décembre dernier, où vous avez été « convoqué » à 10h30 à votre mairie d’Arques,  par le promoteur, pour signer un dossier de demande de modification de permis,  pour tout le parc éolien. Pourquoi y avait-il tant d’urgence ? Pourquoi un permis modificatif alors que tout était réglé ? Une heure auparavant même opération à la mairie de Ségur. Le promoteur repart donc  avec ses documents paraphés vers les services de la DDT de Rodez. Procédure en catimini, en urgence, où est la transparence que vous affichez. ? La population a-t-elle été informée ?  Comment en si peu de temps les maires concernés ont-ils pu étudier l’objet de la modification, présentée comme suit: « Régularisation coordonnée des machines suite au calage topographique du cadastre, calage des chemins, régularisation des hauteurs des machines, changement de nature des matériaux du mât d’une éolienne… » ? Comment avez-vous pu étudier,  sous la pression patente du promoteur présent, le contenu de ces modifications ? Avez-vous compris  que ce modificatif  imposait le déplacement des éoliennes  de 20, 30, 40 m et plus, par rapport aux emplacements initiaux et ceci d’une manière désordonnée et sans règle apparente ?  Quelles seraient les incidences sur les voies d’accès ? En réalité vous accordez une confiance aveugle à des promoteurs qui s’assoient sur tout pour atteindre leur but. A quoi peut servir l’enquête publique du permis initial,  aujourd’hui complètement chamboulé? Qui augmente les délais des procédures en signant des permis modificatifs dont l’objet est particulièrement opaque ?  L’appât du gain étant très fort, on le voit bien,  le risque de connivence avec les promoteurs est bien réel.  Et si on veut parler de démocratie, comment comprendre et accepter que nos représentants signent sous la pression et dans l’urgence un document administratif  d’une telle importance ? Des actes comme  ceux-là, ne mettent pas en confiance la population.

          Ne vous étonnez pas M. Andrieu,  qu’il y ait des opposants à votre projet, ils ont autant de légitimité que vous,  pour  défendre  le Lévézou! Commencez à balayer devant votre porte, et arrêtez de les faire passer pour des sous-citoyens  et des menteurs !   Non, même un maire ne peut pas faire n’importe quoi !  

Clic sur la vignette pour lire l'article du 19 juin 2014