Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/04/2009

Monsieur Guyot persiste ….

Début avril, monsieur Arnaud Guyot, Directeur Général de Ventura, a organisé une conférence de presse afin de vanter les bienfaits de l'énergie éolienne et ainsi inciter Monsieur le Préfet de l'Aveyron à signer le permis de construire pour 7 éoliennes supplémentaires sur le territoire de la commune de Castelnau Pegayrols. Il était accompagné dans cet exercice par Monsieur Christian Trémolières, Maire de la commune concernée.
Le collectif "Agir pour le Lévézou" ne peut rester sans réponses devant de telles inepties.


15 Réponses du Collectif « AGIR POUR LE LEVEZOU » à Mr Guyot, directeur de Ventura

Ventura aux abois ?

Après avoir vendu en Allemagne un parc éolien de 55MW/h pour 81 M d’euros, Ventura comptait installer sans embûches un parc éolien de 32 machines sur le Lévézou. C’était sans compter sur la réaction des habitants de cette région concernés par les nuisances. Après la clôture de l’enquête publique pour l’extension du parc de Castelnau, Ventura se lance dans une propagande médiatique de séduction et de grande communication bien orchestrée, avec toujours autant de non dits et de contre vérités.
Le collectif « Agir pour le Lévézou » vient d’éditer et de distribuer 10 000 exemplaires d’un fascicule rempli de témoignages sincères, émouvants et réalistes qui ne peuvent qu’irriter les promoteurs. Oui, la réalité éclate au grand jour ! Les éoliennes ont un point commun avec les chameaux, elles sont faites pour vivre dans un désert mais le Lévézou n’est pas un désert.

Des idées reçues ?

Peut-être pour Monsieur Guyot, directeur de Ventura, qui, lui, habite Montpellier, mais pour les riverains de parcs, les nuisances ne sont pas des idées reçues. Depuis la fin de l’enquête publique, les éoliennes recommencent à tourner à plein régime, et à faire, surtout la nuit, un bruit assourdissant en cette période du vent du midi.

62 000 000 de KW/h en 12 mois de fonctionnement ?

Un peu d'arithmétique M Guyot : 13 éoliennes produisent durant 365 jours de 24 heures 62 millions de KWH. Combien produit une éolienne durant 1 heure ? Elle produit 544 KW, à rapprocher des 2,3 MW (soit 2300 KW, puissance nominale d'une éolienne) soit un rapport de 23,6 %. On est loin des 85 % que vous annoncez. Rassurez-vous, vous êtes dans la moyenne des 2500 éoliennes françaises (environ 25%).

27 000 personnes ?

Quelle audace d’affirmer que 13 éoliennes couvrent la consommation de 27 000 personnes ! Avec les chiffres de production que vous nous donnez, ce serait l’équivalent de la consommation de 3 ampoules, 1 téléviseur et 1 frigo, c'est-à-dire, 346 Watts par personne et par jour, sans four électrique, sans lave-linge, sans chauffage électrique bien sûr, et en plus de façon très intermittente et pas forcément aux pointes de consommation. Et quels moyens de production pour tous les autres lieux publics, usines, stades, etc.… ?

Les recettes générées par l’éolien ?

- 2000€ à 6 000 € de loyer au propriétaire foncier par éolienne, par an
- 15 000 € de Taxe professionnelle à la commune par éolienne, par an
- 240 000 € à 350 000 € net d’impôt au promoteur, par éolienne, par an

Encore un peu d'arithmétique financière Monsieur Guyot : 13 éoliennes produisent 62 millions de KWH durant un an. Quel sera le chiffre d'affaire de ces 13 éoliennes durant leur vie de 20 ans (vous espérez même les faire durer 25 ans) sachant qu'EDF doit contractuellement vous acheter le KW au prix de 8,2 Cts d'€ le KWH ? Bravo, vous avez gagné 101,6 millions d'€.
Actuellement vous versez environ 6000 € par an et par éolienne à chaque propriétaire du terrain pour qu'il accepte d'aliéner 400 m2 de sa terre agricole durant 20 ans soit 1,5 millions d'€ pour 13 éoliennes. Vous versez également 265 000 € par an aux 2 collectivités locales au titre de la taxe professionnelle (voir le bilan du parc éolien fait par Christian Trémolières, maire de Castelnau) soit 5,3 millions d'€ sur 20 ans.
Il vous reste donc 94,8 millions d'€ pour acheter et installer les 13 éoliennes (à environ 2 millions d'€ pièce) et répartir les bénéfices conséquents (68,8 millions d'€) aux actionnaires de Ventura.
Mais ce petit problème d'arithmétique financière, nous sommes sûrs que vous l'avez déjà effectué, avec même une plus grande précision, sinon vous ne souhaiteriez pas ardemment agrandir le parc éolien de Castelnau avec 7 nouvelles machines.
On comprend que les promoteurs s’appliquent autant pour nous faire du bien, et que deviendra la recette de la taxe professionnelle si un jour elle est remplacée par la taxe carbone ?

Quel bruit ?

Le bruit qui gêne Castelnau et sa municipalité, c’est celui des contestations et des supplications des habitants de Bouloc et de tout le Lévézou, lors de l’enquête publique ou lors de la ronde des éoliennes, mais sûrement pas celui des machines installées intelligemment loin du village de Castelnau.

Que veut dire PGA ?

Le Plan de Gestion Acoustique, c’est une belle foutaise ! Le seul moyen d’éviter le dépassement, c’est d’arrêter les éoliennes, ou de débrayer les rotors (c’est d’ailleurs ce que font les promoteurs à chaque fois que des élus ou des journalistes sont annoncés (cf. Centre Presse du 7 avril)).
L’étude réalisée pour ces 13 éoliennes fait état d’un dépassement des normes au-delà de 3 éoliennes en fonctionnement.
Imaginons quand les 13 fonctionnent ensemble ; qui aujourd’hui doit faire respecter les engagements ?

Alternative au nucléaire ?

Il faudrait installer 6 500 éoliennes pour remplacer une centrale nucléaire (1 éolienne tous les 1,34km²). C'est-à-dire, couvrir l’intégralité du département de l’Aveyron. Donc, un n’empêche pas l’autre. Pour preuve, après avoir voté le Grenelle de l’Environnement, l’état français vient d’engager la construction de deux générateurs nucléaires nouvelle génération.

Pas de rejets de CO2 ?

Qui prend le relais de la production quand les éoliennes s’arrêtent ? (manque de vent) : une centrale au fuel ou au charbon (très polluantes) qui a une réponse immédiate à la demande. Si on augmente considérablement le nombre d’éoliennes en France, les exigences européennes en terme de rejet de gaz à effet de serre seront loin d’être atteintes.

Un cimetière d’éoliennes ?

Le cimetière d’une éolienne sera l’endroit où elle aura été implantée. Une loi exigeant le promoteur à prévoir son démantèlement a bien été votée mais le décret d’application ne l’est toujours pas. En clair, c’est le propriétaire du terrain qui devra la démonter. Son coût ? 150 000 euros (en laissant dans le sol le 500 à 1 500 tonnes de béton) (cf. La Compagnie du vent lors d’une réunion publique à Versols et Lapeyre). Il y a de fortes chances pour que le démontage revienne aux communes.

Sans incidence sur le patrimoine bâti ?

La cour d’appel de Rennes confirme un  jugement du Tribunal de grande instance de Quimper condamnant les vendeurs d’une maison ayant dissimulé à l’acheteur, l’existence d’un projet éolien, à restituer la somme de 30 000 € sur un prix de vente de 145 000 €. Les experts avaient évalué la moins value d’un bien situé à proximité d’un projet éolien dans une fourchette comprise entre 28% et 46% de sa valeur d’origine.

Esthétique ?

Si une éolienne ou un parc de 5 ou 6 éoliennes peut être jugé esthétique par certains, vous avez raison, c’est très subjectif. Mais aujourd’hui, les 83 éoliennes installées de façon anarchique sur le Lévézou sont une horreur et un affront écologique. Avec leurs phares clignotants rouges ou blancs, la nuit, on les voit de partout et tout le monde s’accorde à dire : stop ! Maintenant c’est trop !
Qu’en sera-t-il quand il y en aura 330 ?

Pas d’impact sur le tourisme ?

Qui peut dire qu’autant d’éoliennes n’ont aucun impact sur les paysages et donc sur l’attrait touristique ?
Qui est prêt à mettre sur son dépliant (vantant la beauté du lieu, l’attrait de tel ou tel monument, etc …) une ou plusieurs éoliennes, même en toile de fond ? Personne !
Arrêtons de parler de tourisme industriel. Des éoliennes, il y en a partout en France. Ce n’est donc pas une rareté à faire découvrir.

L’éolien créateur d’emploi ?

Sûrement, mais en Espagne ou en Allemagne où sont fabriquées les éoliennes, mais en France, les emplois sont déplacés. Localement, quelques techniciens venus d’ailleurs, assurent la maintenance. Les réparations d’éoliennes (Viarouge, Décembre 2008 : 2 éoliennes en panne) sont assurées par des entreprises inconnues dans la région.

Pourquoi cacher les projets ?

L’éolien est un sujet tabou. Les promoteurs entretiennent la division et provoquent par leurs démarches commerciales secrètes, la cassure du tissu social. Souvent, un projet porté par un élu et un particulier, ne leur génère aucune nuisance, alors que d’autres découvrent qu’ils vont avoir à côté de chez eux à 500 mètres, une ou plusieurs machines de 125 mètres de haut tournant à 250 km/h avec lesquelles ils vont n’avoir que des inconvénients. Comment rester serein dans ces conditions ?

L’incrédulité, et parfois la dérision des visiteurs, sont difficiles à supporter pour les riverains.

Le collectif « AGIR POUR LE LEVEZOU » après une phase de sensibilisation et d’information de l’opinion publique va rencontrer les élus dont certains ont déjà renoncé ou refusé l’extension de futurs projets. Sans vouloir jeter l’opprobre sur l’intégrité de tous nos élus, nous tenons à dénoncer les pratiques scandaleuses des promoteurs. Ils n’hésitent pas à acheter le silence ou la complicité de riverains ou d’élus en leur proposant des aménagements de leur habitat, de chemins pour les communes, de lieux de rencontres pour les associations, etc…et voir plus encore.
Face à ce pouvoir de l’argent, la valeur humaine a-t-elle encore un sens ?
Le collectif veut bien jouer les pompiers mais il serait temps d’arrêter les pyromanes !


       Collectif « AGIR POUR LE LEVEZOU ».
Le 27/04/2009

Pour les lecteurs qui souhaitent lire le compte-rendu de la conférence de presse de M Guyot, un clic sur le logo.

 

 

18/04/2009

Le collectif agir pour le Lévézou et les élections Européennes

En cette période de précampagne pour les élections européennes quelques candidats déclarent partager notre combat. Ils nous sollicitent pour participer à des débats ou intervenir en notre faveur.
Nous ne revendiquons pas le monopole de la défense du Lévézou mais comme nous l'avons clairement écrit dans notre charte lors de la création du collectif le 22 novembre 2008 "On vient au collectif en laissant à la maison ses appartenances syndicales, politiques, associatives ou confessionnelles que l'on exerce dans la société".
En conséquence, tout candidat à quelques mandats électifs que se soit, se réclamant du collectif "Agir pour le Lévézou" est pure tromperie.
Nous demandons fermement à ce que personne ne tente d'utiliser notre idéal à des fins démagogiques ou politiques.
le 18/04/2009

17:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

27/03/2009

Immense succès pour la "ronde des éoliennes" (suite)

Le Journal de Millau du jeudi 26 mars, après avoir consacré sa "une" à la manifestation du 21 mars, fait paraître deux articles forts intéressants sur son blog.
Voila qu'enfin l'avis des habitants du territoire du Lévézou est pris en considération.
Heureusement que nos journaux locaux rapportent des paroles différentes de celles politiquement correctes des médias nationaux.
Le 27/03/2009

 

JDMBvig.jpg
JDMBvig.jpg

Clic sur les vignettes pour lire les articles

24/03/2009

Grande mobilisation pour la Ronde des éoliennes

Samedi 21 mars plus de 100 véhicules ont participé à la première Ronde des éoliennes. Sur les routes du Lévézou, le convoi de plus d'un kilomètre a serpenté de Mauriac à Viarouge, en faisant étape à Saint Beauzely, Castelnau-Pegayrols, Bouloc, Salles Curan, Le Vibal et Arques, ces villes étapes ayant toutes des projets éoliens en cours de réalisation ou d'instruction à la Préfecture. Le circuit c'est terminé par un pique nique convivial au pied des 6 éoliennes de Viarouge.
Les quotidiens Midi-Libre et La Dépêche ont relaté cette manifestation.
le 24/03/2009

DMfrvig.jpg
MLfrvig.jpg

Clic sur les vignettes pour lire les articles

18/03/2009

La première Ronde des éoliennes

Les journaux  "Midi Libre", "La dépêche du Midi" et "Le Journal de Millau" annoncent la première "Ronde des Eoliennes" du samedi 21 mars 2009.
A l'initiative du collectif "Agir pour le Lévézou", un "rallye touristique" amènera les participants de Mauriac à Viarouge en faisant étape à : Saint Beauzély, Castelnau-Pégayrols, Bouloc, Salles-Curan, Canet de Salars, Le Vibal, Arques et Ségur.
Ce circuit débutera à 10 h depuis Mauriac (commune se St Laurent de Lévézou) et se terminera, vers 13 heures, par un pique-nique au pied des éoliennes de Viarouge (commune de Ségur).

Venez nombreux pour dire trop c'est trop !


Le 18/03/2009

DMfrvig.jpg
DMfrvig.jpg
MLfrvig.jpg

Clic sur les vignettes pour lire les articles

10/03/2009

La guerre des chiffres n'aura pas lieu

Dans le "Journal de Millau" du 26 février dernier, GT12 a dressé un univers idyllique de l'énergie éolienne. Le collectif "Agir pour le Lévézou" ne peut laisser les lecteurs de l'hebdomadaire écouter un seul son de cloche.
Tout d'abord qu'est ce GT12 ?
GT12 est un Groupe de Travail, association d'industriel de l'éolien (1), dont le but est de promouvoir l'installation de parcs éoliens en Aveyron. Mais outre ses actions de lobbying auprès des collectivités locales et des élus, ce cartel a partagé géographiquement le territoire aveyronnais en zones de monopole au bénéfice unique d'un de ses membres (entre requins on ne se mange pas !) ainsi qu'il a "conseillé" un loyer annuel maximum à verser au propriétaire du terrain sur lequel est dressé une éolienne (il ne faut surtout pas qu'il y ai surenchère !)
Ces même membres de GT12 ont organisé le 6 février 2008 à Millau la "première journée de l'économie de l'éolien en Aveyron" ou 70 invités (élus, élus consulaires, associations,...) ont été reçu dans les locaux de 2ISA et ont apprécié le lunch dressé dans le renommé restaurant mitoyen.
Durant cette journée, 23 intervenants (professionnels de l'éoliens, élus,...) ont martelé à l'aide de chiffres, de schémas, de témoignages, d'abaques.... les bienfaits de l'éolien industriel.
Ces chiffres ont été partiellement repris sur le journal de Millau par le chargé de communication de GT12.
Nous ne rentrerons pas dans une guerre stérile de chiffres qui lasserait le lecteur.

Non !     la guerre des chiffres n'aura pas lieu

Nous lui proposons simplement quelques réflexions.
* Pourquoi les professionnels de l'éoliens dépensent-ils tant d'argent à la promotion ?
* Pourquoi EDF est obligé d'acheter l'énergie éolienne plus cher que ce qu'il la vend à ses clients?
* Pourquoi financent-ils certaines associations de chasse ou d'étude ornithologique ?
* Pourquoi les études sur les nuisances sonores réalisées après l'implantation des éoliennes ne sont-elles pas publiées ?
* Pourquoi les conséquences sur la valeur de l'immobilier ne sont pas abordées ?
* Pourquoi certains élus reviennent sur leurs décisions premières et refusent maintenant les éoliennes sur le territoire de leur commune ?
Si vous n'avez pas de réponse à ces questions, rejoignez le collectif "Agir pour le Lévézou" dont la finalité n'est surement pas de gagner de l'argent.

http://agirpourlelevezou.midiblogs.com
le 09/03/2009

(1) la Compagnie du Vent, Enerpole, Evo-Juwi, EDPR-RDE, Ventura, EDF EN, Eneria, Avenir des Moulins et Adelis Idex Energie.

Pour les lecteurs qui ont oublié l'avalanche de chiffres annoncés par GT12, un clic sur le logo pour lire la libre opinion du 26 février 2009.
JDMvig.jpg

 

00:24 Publié dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gt12

07/03/2009

Le JT de FR3 Quercy-Rouergue du 6 mars 2009

Le 3 mars 2009 Vincent BOUVIER, Préfet de l’Aveyron, a présenté le schéma directeur de l'implantation des éoliennes en Aveyron.
Ce même jour il à reçu les porte-paroles du collectif "Agir pour le Lévézou" afin de prendre connaissances de leurs avis et les informer de la finalité de ce schéma.
Le 19/20 de FR3 Midi-Pyrénées du 6 mars 2009 a diffusé l'interview de Jean et Yves (porte-paroles du collectif) ainsi que celui de Monsieur le Préfet de l'Aveyron.
le 07/03/2009

Clic sur la vignette pour visionner le 19/20 de FR3 Quercy-Rouergue du 6 mars 2009

26/02/2009

Les promoteurs de l’éolien industriel mettent le turbo !

Après le plateau de Crassous et Castelnau-Pegayrols (voir les notes précédentes), Midi Libre annonce dans son édition du 25 février 2009 une réunion publique organisée par la "Compagnie du Vent". Il s’agit du projet d’installation de dix éoliennes supplémentaires sur le plateau de Nissac (Versols-et-Lapeyre).
Dans le Sud-Aveyron, 65 éoliennes supplémentaires viendront s’ajouter à ce projet.
Trop c’est trop, Il est temps que les Aveyronnais prennent conscience de ce tsunami de moulin à vent.
Le 26/02/2009

Clic sur le titre pour lire l'article

24/02/2009

Avis d'enquête publique pour 7 éoliennes à Castelnau-Pegayrols

Le Préfet de l'Aveyron a paraphé le 19 janvier 2009 un "Avis d'ouverture d'une enquête publique relative au projet d'implantation de sept éoliennes et de deux postes de livraisons sur la commune de Castelnau-Pegayrols".
Le dossier pourra être consulté à la Mairie de Castelnau-Pegayrols du 2 mars au 2 avril 2009.
Les observations du public pourront être, pendant la durée de l'enquête, soit porté sur le registre ouvert à cet effet, soit adressées par écrit aux Commissaire-Enquêteur :
Madame Elisabeth MAGNAN, La Rousseyrolle 12330 L'HOSPITALET DU LARZAC
De plus, le Commissaire-Enquêteur se tiendra à la disposition du public pour recevoir les observations à la mairie de Castelnau-Pegayrols les :
     lundi 2 mars 2009 de 9 h à 12 h
     samedi 14 mars 2009 de 9 h à 12 h
     mardi 24 mars 2009 de 9 h à 12 h
     jeudi 2 avril 2009 de 14 h 30 à 17 h 30
Dans un délai d'un mois, à compter de la clôture de l'enquête toute personne intéressée pourra consulter le rapport et les conclusions du Commissaire-Enquêteur à la mairie de Castelnau-Pegayrols ou à la Préfecture ou en obtenir communication sur demande écrite adressée à :
Préfecture de l'Aveyron - DAIDD Bureau du développement durable - BP 715  RODEZ Cedex

Profitez de cette occasion pour exprimer votre sentiment sur cette profusion d'installation d’éoliennes.

22/02/2009

Enquête publique pour 6 éoliennes à SAINT-AFFRIQUE

Dans Midi Libre du vendredi 20 février 2009 les Saint-Affricains découvrent qu'une enquête publique (différente d'une enquête d'utilité publique) est ouverte pour le projet d'implantation de 6 éloniennes sur le plateau de Crassous.
Le quotidien, donne la parole au promoteur (Ventura, qui défend ses intérêts financiers), aux élus locaux (qui préfèrent attendre et se réfugier derrière les décisions de l'état) et aux opposants (qui dénoncent les nuisances).
Aux lecteurs de se faire une opinon, qu'ils ne manqueront pas de signifier au commissaire enquéteur.

MLvig.jpg
Clic sur le titre pour lire l'article

10/02/2009

Lettre ouverte à Monsieur Arnaud Guyot ....(suite)

"ladepeche.fr", le journal électronique du quotidien "La Dépèche Midi", revient sur la publication du "Bulletin d'information n°1 du Parc Eolien de Castelnau-Pegayrols" par Monsieur Arnaud Guyot (Directeur Général Délégué de Ventura) et de la réaction du collectif "Agir pour le Lévézou".
L'article ajoute que le nouveau Prefet de l'Aveyron, Monsieur Vincent Bouvier, organisera des réunions pour répondre à plus de 200 demandes d'implentation de mats en instance sur le département.
le 10/02/2009

DMfrvig.jpg
Clic sur la vignette pour lire l'article

07/02/2009

Un mat de mesure qui perd la tête !

matdebelvezetvig.jpgDepuis le mois de septembre 2008, un mat de mesure du vent a été installé au-dessus de la plaine des Rauzes (dans le triangle Bois du Four-Vezins-La Clau).
Ce mat, déjà mis à mal durant le mois de décembre, a définitivement perdu la tête il y a peu de temps.
Cete situation n'a pas, pour l'instant, inquiété le promoteur industriel d'énergie éolienne qui a placé cet instrument.
Entretiendra-t-il ses futures éoliennes avec autant de négligence ?
Cette information a fait l'objet d'un article dans la presse (Journal de Millau du jeudi 5 février 2009)

Le 07/02/2009

Un clic sur la vignette pour voir la photo en grand

31/01/2009

Les voeux du Conseiller Général

Dans le "Journal de Millau" du 22 janvier 2009 Jean-Claude Gineste, conseiller Général du Canton de Saint Beauzely présente ses voeux par une déclaration moralisatrice.
C'est oublier que Gineste Jean-Claude est un ardent partisan de l'extension du parc éolien industriel du col de Poulzinières jusqu'au pic Monseigne.
Le collectif "Agir pour le Lévézou"ne pouvait laisser les lecteurs du Journal de Millau ignorer ce double langage.
Voici la réponse du collectif parue le 29 janvier sur cet hebdomadaire.
le 31/01/2009

POUR QUE LES SOUHAITS DE J-C GINESTE SE TRANFORMENT EN ACTES

Nous avons bien apprécié les voeux de Jean-Claude Gineste, conseiller général de Saint-Beauzély, placés sous le signe «d'une répartition des aides plus équitable».
Défendant «un développement durable et solidaire plutôt qu'une course égoïste à l'argent».
Dénonçant «les excès d'une société qui a perdu de vue l'homme au profit de l'argent».
Appelant «plus de fraternité contre le repli sur l'égoïsme, l'être plutôt que l'avoir».
Souhaitant «une répartition des aides plus équitablè».
Oui, nous sommes entièrement d'accord avec ces propos de Jean-Claude Gineste, mais encore faudrait-il que ses voeux correspondent à ses actes et qu'il arrête de défendre l'éolien en général et le projet de la commune de Saint-Beauzély en particulier, car mettre des éoliennes  sous le nez des habitants de la vallée de Mauriac quand on ne les a pas soi-même sous les yeux, n'est-ce pas privilégier l'argent au détriment des hommes et privilégier «l'avoir plutôt que l'être» ?
Quand un signataire (de quatre éoliennes dans le projet) a refusé de partager moitié-moitié avec ceux qui auraient pu avoir certaines de ces éoliennes chez eux parce que de toutes façons ils en auraient les nuisances, n'est-ce pas tout sauf de la fraternité, ne voit-on pas là l'égoïsme pur ?
Ne pas oser comparer les 6000 euros de loyer par an et par éolienne pour le propriétaire foncier (quand le promoteur perçoit 40 fois plus)  avec ceux qui ont les nuisances et qui n'ont rien, est-ce vraiment ce que l'on peut qualifier de répartition équitable ?
Pourtant nous avons bien noté dans l'article de Jean.Claude Gineste que «le défi qu'ont à relever les élus, c'est de réhabiliter le monde politique en lui donnant son véritable sens».
Alors; pour que ces souhaits se transforment en actes: Aben de trabal !

COLLECTIF AGIR POUR LE LÉVÉZOU

JDM090122vig.jpg

Pour les lecteurs du blog qui n'ont pas lus la déclaration du Conseiller Général, un clic sur la vignette pour la consulter. 

26/01/2009

Lettre ouverte à M. Arnaud Guyot

Dans le "Bulletin d'information n°1 du Parc Eolien de Castelnau-Pegayrols" de décembre 2008, Monsieur Arnaud Guyot, Directeur Général Délégué de Ventura et promoteur du parc éolien industriel de Castelnau-Pegayrols, annonce qu'il inviterait la population des villages environnants à "une inauguration du parc éolien dans les prochains mois".
En réponse, le collectif "Agir pour le Lévézou" a décidé d'envoyer une lettre ouverte au Directeur Général Délégué de Ventura.
le 26/01/2009

Clic sur le l'image pour lire la lettre ouverte

21/01/2009

Villefranche-de-Panat encerclé

Midi Libre du dimanche 18 janvier 2009 relate comment les Panatois se retrouvent encerclés par 13 éoliennes.
C'est sûr que les touristes ne risquent pas de se laisser enfermer par ces moulins à vent modernes !

Clic sur le titre pour lire l'article

19/01/2009

P.N.R. des Grands Causses

Lors de L'Assemblée Générale du Parc Naturel Régional des Grands Causses du 13 dévembre 2008, Jean Marty porte parole du collectif "Agir pour le Lévézou" à interpeller le Président du PNR avec la déclaration suivante :

Bonjour Monsieur le Président, Je me présente : de Jean Marty, agriculteur à la retraite sur la commune de Vezins.

Le canton de Vezins fait partie intégrante du Parc Naturel Régional des Grands Causses.
Nous avons créé un collectif pour prendre en compte trois problèmes majeurs :
L’eau, les boues, l’éolien

I. L’EAU
8000m3 d’eau sont prélevés chaque jour à Mauriac pour alimenter en eau potable une partie de la ville de Rodez, et ce depuis 100 ans, sans aucune compensation pour quiconque
Au nom du principe de précaution, l’Europe impose aux communes le rachat des sources pour une meilleure protection et les agriculteurs veulent continuer à les protéger comme ils l’ont toujours fait. Mais, les conditions et propositions de rachat ne leur conviennent pas et le collectif se veut d’être à leur coté pour défendre leur revendications.

II. LES BOUES
En contrepartie la ville de Rodez, soucieuse d’épandre au moindre coût ses boues de station d’épuration, harcèle sans arrêt notre région en lui proposant des épandages parfois proches des sources de hameaux ou de villages.
Au nom du principe de précaution, nous n’avons pas accepté et n’accepterons pas les boues urbaines sur notre territoire.
Nous prendrons seulement en compte les boues de nos villages en étroite collaboration avec les communes, quand à l’étude du plan d’épandage.

III. L’EOLIEN
Aujourd’hui, alors que cette belle région du département est envahie par + de 80 éoliennes en fonctionnement ou en cours de construction, éclatent au grand jour les nuisances qu’on nous a volontairement cachées.

Destruction des paysages et impact sur le tourisme
Les monts et lacs du Lévézou sont sa principale richesse sur le plan touristique. Les chemins de randonnées pédestres et équestres très fréquentés et mis en valeur par le Parc des Grands Causses ou par les associations et Offices de tourisme vont perdre tout leur intérêt. Le regard du visiteur aujourd’hui n’est attiré que par les éoliennes installées sans précaution sur toutes les collines. Tous ceux qui traversent le Lévézou aujourd’hui, en venant d’Albi par Réquista et Villefranche de Panat via Bouloc, peuvent compter 64 mâts déjà installés et même les plus "mordus" d’éoliennes finissent par nous dire « c’est fait n’importe comment. On a tout fait périr ! ».
On nous avait dit que les éoliennes attireraient une forme de tourisme industriel, or on se rend compte aujourd’hui que l’Aveyron est déjà marqué à l’encre rouge sur les guides touristiques internationaux osant mentionner la présence d’éoliennes. Oui, nous le savons l’éolienne va faire fuir le touriste, celui qui souhaite séjourner quelques jours ou quelques semaines chez nous. Nous n’aurons qu’un tourisme de passage mais qui ne reviendra pas et surtout qui ne va plus recommander la région à sa famille ou à ses amis.
Les gîtes, les chambres d’hôtes, les hôtels qui se trouveront (souvent malgré eux) à proximité des parcs éoliens ne seront plus fréquentés...

Perte de la valeur du patrimoine bâti
Oui, la perte totale de la valeur du patrimoine immobilier est bien réelle. Quel est celui d’entre-nous qui, aujourd’hui, irait acheter une maison dans un village entouré d’éoliennes pour y vivre, y passer sa retraite ou pour en faire un gîte. Oui, nous le savons, les villages vont perdre petit à petit leurs habitants. Les retraités eux, n’ont que le seul choix d’y rester, mais pour les jeunes c’est fini, ils iront voir ailleurs. Oui, la richesse d’un pays, ce sont les hommes qui l’habitent. Or l’éolien accentue la désertification, l’éolien fait fuir les hommes.

Le bruit :
En ce qui concerne le bruit, ce n’est pas en s’arrêtant ¼ d’heure le dimanche au pied d’une éolienne, en se promenant, que l’on peut juger. Vivre au pied des éoliennes installées à 500 m ou même parfois moins car il n’y a pas de distance minimale à respecter) est devenu une véritable angoisse. Le bruit physique de l’éolien est provoqué par 2 phénomènes : d’abord la génératrice (équivalent d’une tronçonneuse) et ensuite les pales (de 45 m) qui passent devant le mât. Certaines machines sont mieux que d’autres. En zone vallonnée, la résonance et l’écho amplifient le bruit physique. L’irrégularité du vent soufflant en rafales, et bien évidemment quand le vent surtout est défavorable, le bruit perçu est "celui d’un avion qui n’arrive jamais" selon l’expression des habitants. Mais le bruit le plus nocif est celui perçu par l’oreille interne et celui-là engendre des problèmes médicaux décrits par Nina Pierpont, docteur en physique à l’Institut Montaigne :

La fracture du tissu social :
Un problème aujourd’hui généré par l’éolien mais que personne n’avait prévu, c’est la fracture du tissu social. L’éolien est un sujet tabou et en famille ou entre voisins, quand on évite de parler d’un sujet on en évite bien d’autres, on s’enferme dans un mur de silence. L’objet du conflit (sous les yeux pour des dizaines d’années) ne va pas apaiser le climat tendu qui existe déjà dans certains coins avant même que les machines ne soient installées. On voit des amitiés se défaire, des équipes d’entraide se disloquer, des élus démissionner ou arrêter après un mandat - "on ne veut pas avoir à gérer un climat de guerre civile » . Qu’en sera-t-il demain de l’entraide et de la solidarité qui est présente et indispensable en cas de coup dur ? Que deviendront demain les soutiens agricoles aux zones de montagne (France et Europe) si nos zones sont classées de développement industriel ? Ceux qui seront tenus pour responsables de l’abandon de ces soutiens seront les élus et les propriétaires fonciers qui auront mis les éoliennes sur leur commune ou sur leur terrain, alors que les vrais responsables sont ailleurs. Les enjeux financiers sont énormes.
Une éolienne de 2,3 mwatt laisse 230 000 € net d’impôt à son promoteur. Les 29 éoliennes construites par la Commune de Salles-Curan vont générer environ 450 000 € de taxe professionnelle. Il aurait donc suffi à la Commune d’installer seulement 2 éoliennes pour s’assurer du même revenu.
"Réfléchissons tous ensemble au devenir du Lévézou. Quelle est l’entité que nous voulons préserver ? Quelle image ? Quelles sont nos priorités ?" Il aurait été possible d’installer quelques éoliennes dans des endroits bien choisis, à + de 1 500 m de toute habitation, avec l’intégralité des revenus bien partagés entre tous les habitants et les communes, pour le bien de tous les concitoyens, 6 éoliennes générant ainsi près de 1 400 000 euros net.
Alors les habitants se posent la question : pourquoi n’y en a-t-il pas sur l’Aubrac ou sur le Larzac ?
Nous sommes allés à la rencontre d’André Valadier. Il nous a dit :
"Avant de nous décider, nous sommes allés en voir à l’étranger, en Hollande, au Danemark, en Allemagne.... la préservation des paysages de l’Aubrac, dans l’intérêt de ses habitants et pour que le tourisme reste ce qu’il est....Au pied de chaque projet, tout investissement, tout permis de construire reste dans les tiroirs à l’état de dossier..... Le patrimoine bâti perd toute sa valeur..... Les hommes sont la première richesse d’un pays..... Le spectre d’une maison au toit en lauzes effondré avec une éolienne neuve derrière, a hanté nos esprits....C’est ce qui nous a fait refuser l’éolien sur l’Aubrac jusqu’à aujourd’hui !"

Alors Monsieur le Président, j’ai des questions à vous poser :

- Pourquoi n’y a-t-il pas d’éoliennes sur le Larzac ou autour de Millau ? Y aurait-il dans la zone du Parc des régions sacrifiées ?
- Comment peut-on investir pour le tourisme et laisser se développer l’éolien ?

Aujourd’hui nous vous demandons de nous aider. Le Lévézou est mutilé ; ses habitants sont harcelés de toute part, mais nous ne voulons pas être contre tout par principe. Nous voulons définir un autre projet avec nos élus, avec les associations et avec vous aussi, Parc Naturel Régional des Grands Causses.
Soyez à nos côtés pour dire STOP à tout nouveau projet à moins de 1 500 m de toute habitation à l’intérieur du Parc.

Merci de m’avoir écouté.